'

Outils pour utilisateurs

Outils du site


blog:2011:1102gpsmid_telephone

GpsMid + vieux téléphone = excellent outil pour cartographier

Habituellement pour cartographier, j'utilise un récepteur GPS qui enregistre sa position toutes les secondes (un « logger ») et un appareil photo. Pour peu que l'on connaisse le décalage d'horloge entre le GPS et l'appareil photo, il est alors possible de positionner les photos sur les traces GPS.

J'ai récupéré récemment un téléphone que son propriétaire n'utilise plus. Il est possible d'y installer des applications JAVA, de prendre des photos de qualité correcte et de démarrer sans carte SIM . Sur ce téléphone, j'ai installé le logiciel libre GpsMid qui est vraiment excellent. Il est possible de charger une carte OpenStreetMap préalablement préparée mais également de garder les traces au format GPX et aussi d'enregistrer des mémos vocaux et des photos géoréférencés (cette liste de fonctionnalités n'est pas exhaustive).

En résumer, on installe GpsMid sur un téléphone qui peut être vieux et ne servir qu'à cela. On ajoute un récepteur GPS bluetooth et on se retrouve avec un outil petit et efficace pour cartographier. Il y a « juste » une petite subtilité à connaître pour que GpsMid prennent des photos avec une résolution supérieure à 160×120 mais ce n'est pas très compliqué.

Mon appareil à cartographier (ou téléphone) dispose d'une mémoire de stockage de 25 Mo disponible (après un gros ménage). Ce n'est pas énorme. Il faut compter 1 Mo pour gpsmid. En prenant des photos de 2M pixels (1600×1200), on peut stocker plusieurs dizaines de photos, c'est déjà pas mal pour cet usage. En cas de besoin, le plupart des appareils acceptent des cartes d'extension.

Une question reste : Bluetooth + enregistrement de traces + photos, quelle est l'impact sur la batterie ?

blog/2011/1102gpsmid_telephone.txt · Dernière modification: Le 05/07/2017 à 00:19 par sylvain